Sun Tzu et la rationalisation de la guerre

J’estime que la guerre est la victoire de la folie et de la passion humaine sur la raison. Que la haine, l’avarice, la soif de pouvoir ou la jalousie ne sont pas des motifs raisonnables. Comme la guerre est provoquée par des humains, entièrement dominés par leurs passions, et donc déraisonnables, comment pourrait-on rationaliser la guerre ?

Le général chinois Sun Tzu a vécu à la fin du VIe siècle av. J.-C. L’art de la guerre parait donc environ 2000 ans avant l’ouvrage homonyme de Machiavel, et se démarque par son essence purement stratégique et descriptive plutôt que narrative. Sun Tzu écrit dans une prose concise, sans détours ni fioritures, ce qui confère à son livre une portée universelle, accessible à tous et non uniquement destiné à des rois ou des militaires de hauts rangs.

260px-Enchoen27n3200.jpg
Statue de Sun Tzu à Yurihama, Japon

Sun Tzu rationalise la guerre. Il abandonne la vision morale au profit d’une vision concrète de la guerre telle qu’elle est. Par exemple, Sun Tzu désapprouve fermement la violence gratuite et la cruauté envers les prisonniers. Cependant, cela ne provient pas d’un élan de compassion de sa part, mais de stratégie, car les prisonniers n’auront guère le désir de se joindre à leur camp s’ils ont été maltraités.

La vision de Sun Tzu est amorale, certes, mais pas immorale, il faut bien faire la distinction ici. Il y a malgré tout une grande noblesse qui ressort de l’instruction du général. Cela dit il néglige sans doute aucun un aspect important : l’impact de la guerre sur les êtres humains –  sur l’individu. Pour Sun Tzu, ce dernier est relégué au statut d’outil de la victoire ou d’objet l’entravant.

Je suis d’avis que les êtres humains sont somme toute les acteurs principaux d’une guerre. Ils en seront affectés psychologiquement et physiquement, et bien que Sun Tzu ait prévu dans les moindres détails le déroulement d’une guerre, il ne considère pas les individus, mais la masse. Il ne considère pas non plus l’être humain comme une fin en soi, mais comme moyen, une possibilité d’accès au pouvoir.

Bref, la rationalisation de la guerre est possible, mais uniquement dans la mesure où nous cessons de prendre en compte les éléments suivants : moralité, compassion, considération de l’être humain en tant que fin. La guerre est, définitivement, irrationnelle.

Advertisements

One Comment

Add yours →

  1. J’ai bientôt fini de lire son ouvrage, sa manière d’expliquer ses concepts est assez particulière oui.
    J’avais particulièrement aimé : “He knew that his ennemy was familiar with his character, and therefore he acted out of character.
    Sun Tzu est particulièrement humaniste pour son époque, quand on considère le peu d’intérêt que l’on accordait à la vie humaine. Bon, c’était moins par compassion que par intérêt stratégique, mais pour les soldats de base je pense pas que la différence avait une grande importance.

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: