La synesthésie

Dans le cadre de mes études en littérature comparée, j’ai découvert un phénomène très intéressant appelé « synesthésie » et qui fera l’objet de cette cet article.

C’est un phénomène neurologique qui consiste en une association de deux modalités sensorielles, de deux modes perceptifs. Par exemple, un synesthète pourrait associer les jours de la semaine à une couleur en particulier, ou être assailli d’une multitude d’images à l’écoute de la vingt-huitième symphonie en ut majeur de Mozart. Cent cinquante-deux sortes de synesthésies différentes ont été répertoriées, l’une des plus communes étant la graphème-couleur, le fait d’associer chacune des lettres de l’alphabet ou des symboles numériques à une couleur.

C’est vers la fin du XIXe siècle que l’on commence à s’intéresser au phénomène de la synesthésie. Sir Francis Galton a effectué des recherches sur le sujet et en est, entre autres, venu à la conclusion que c’était un phénomène héréditaire, puis qu’il était stable et continu, c’est-à-dire qu’il ne subissait aucune métamorphose ou évolution avec le temps chez le synesthète. À l’époque le phénomène était plutôt considéré comme une curiosité intellectuelle qu’un trouble neurologique.

Dans le domaine artistique, la synesthésie s’est avéré être une source incroyable d’inspiration autant pour les artistes synesthètes que les non synesthètes.

Le long-métrage allemand Le parfum, inspiré du roman éponyme de Patrick Süskind, est un film synesthésique par excellence. Le protagoniste est doté d’un sens de l’odorat particulièrement développé qu’il transpose à ses autres sens.

3i8bja5yvlzw2k4sg2cd1yy0a1x
Image provenant du film The perfume de Tom Tykwer

Le film est parsemé de métaphores synesthésiques qui le rendent des plus intéressants à analyser. Le mal-être du protagoniste, Grenouille, est illustré métaphoriquement par l’odorat, en diverses façons. Son odorat est surdéveloppé, et prime sur tous ses autres sens. Il touche, goûte et voit avec son odorat. Lui, qui n’a jamais été aimé de sa vie, qui est étranger à ce sentiment, ne sait pas l’identifier. Il tuera accidentellement une femme dont l’odeur l’obsède et à qui il est incapable d’exprimer son amour. S’amorce alors une quête pour créer le parfum ultime, coûtant la vie à treize autres femmes. Dénué de la notion du bien et du mal, il ne veut qu’être aimé et reconnu. Lorsqu’il décide de porter le parfum qu’il a concocté si chèrement, il devient un dieu; il incarne l’amour, c’est tous les sens réunis en un flacon.

La synesthésie est un phénomène neurologique qui, autant pour ceux qui sont synesthètes que ceux qui ne le sont pas, est une source inépuisable d’inspiration et d’imagination pour créer des perceptions au-delà du réel. Cet article du Devoir qualifie la synesthésie de « sixième sens », et c’est une belle image.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: